LIVRES ET LECTURES





Pour recevoir chaque résumé de fiche par e-mail, dès sa publication, allez sur livres-et-lectures.com

Jérôme Ferrari - Le principe
livres-et-lectures.net - Date de la note : 9 mars 2015

Dans un style magnifique, ce roman est un dialogue imaginé entre un jeune philosophe et Werner Heisenberg, physicien nucléaire allemand (1901 - 1976), prix Nobel, dont le choix contesté d'être resté en Allemagne sous les nazis alimente la dernière partie de l'échange. Un livre remarquable qui ne tente pas de trouver des réponses à ce qui n'en a pas (on pense souvent à Furtwängler), mais donne matière à réfléchir.

Cette partie du roman, cette interrogation lancinante sur un choix déchirant, est d'une très grande densité qui va croissant jusqu'à la rupture, la comédie de l'internement des physiciens nucléaires allemands à la fin de la guerre pour décider de leur sort. Là, le savant, est-il Herr Doctor, prix Nobel ou autre, redevient un homme inquiet et vaincu. La découverte que les USA ont la bombe avant eux les blesse dans leur fierté de physiciens, même si Hitler en eut été le premier bénéficiaire. Peut-on vouloir une chose et son contraire ? Un moment très réussi du livre.

Mais ce n'est pas tout, car le roman est une biographie, certes sélective, de Werner Heisenberg. Très jeune, ce garçon sérieux, concentré, va identifier une caractéristique de la représentation mathématique des atomes qui apporte des réponses à des comportements de la matière, mais d'une manière qui heurte notre vision du monde jusqu'à Einstein inclus. Le monde décrit par Heisenberg devient indéterminé et casse la causalité (une action, une conséquence) ce qui, on le conçoit, peut donner le vertige et met à mort des principes qui avaient été le fondement même de la science. Einstein ne l'acceptera jamais, par exemple. La Mécanique Quantique allait naître, avec le succès foudroyant qu'on lui connaît, de ce "Principe d'Heisenberg". Le livre montre avec élégance la force de caractère et la persévérance nécessaires, face à la communauté d'éminents collègues profondément troublés, pour imposer "le principe". Heureusement, cela ne conduisait plus au bûcher...

Et surtout, ne passons pas à côté du dernier paragraphe du livre, une clé possible de réconciliation de l'homme avec lui même, en dépit des avanies de son existence. Une force supérieure hiérarchiquement à la morale, à la politique et peut-être même à l'amour, le sens du beau. Le sens de ce qui est en harmonie, de ce qui nous fait nous sentir bien. Cela peut être un paysage, un écureuil qui vole, la mort de Didon, ou un "principe" qui ouvre notre horizon. Ou bien autre chose que nous découvrirons, si nous en avons la volonté. Rien n'est donné...

Un livre exceptionnel.

5

Actes Sud (2015) - 163 pages